Participez à la vente de Noël de l'ANFEM en ligne !

Témoignages

Geneviève, presque doyenne de l'ANFEM

"En tant que presque doyenne de l'ANFEM (qui a changé de nom depuis le début de ma fréquentation à mon arrivée à Toulon en 1990 !), je voudrais apporter mon témoignage en exprimant mon ressenti personnel à ce propos.

L'ANFEM représente une association du cœur, une sorte de sororité où les jeunes apportent leur dynamisme et les plus âgées leurs expériences et leur modèle du "bien vieillir".

Des liens se créent, une chaîne d'amitiés se tisse : l'ANFEM constitue une bulle salvatrice et rassurante pour cicatriser les multiples aléas de la vie : deuils, épreuves douloureuses, déménagement récent ou problèmes avec ses proches...et ce partage sans jugement ou préjugés et en toute confidentialité.

L'ANFEM est un lieu de vie et d'échanges où chacune remercie les animatrices de leur constant dévouement en apportant sa bonne humeur et son ouverture de cœur et d'esprit aux autres.

L"ANFEM est un lieu de convivialité et chacune a sa part du festin.

En venant accroître les rangs de l'ANFEM on décuple la force de l'association et ses ressources humanistes et altruistes en offrant un sens positif et plus attractif à l'existence des autres et à la sienne.

La porte et le cœur de l'ANFEM vous sont ouverts : n’omettez pas de profiter de cette opportunité."

Geneviève.

 

IMG_20211124_152945_353

Raphaëlle @miliwife_life, adhérente de l'ANFEM

"L’ANFEM, c’est une découverte plutôt récente pour moi. Je dis récente dans ma vie de femme de mili, car c’est une association qui date de 1954 et pourtant, plus de 8 ans avec ce militaire qui est devenu mon mari, je n’ai découvert l’ANFEM qu’en 2020.
Pourquoi ? Parce que j’ai cherché. Justement après avoir connu beaucoup de missions toutes différentes les unes des autres, je repensais à nos jeunes années, à ma découverte de l’armée, et je me disais que je pouvais peut-être en aider d’autres. Des femmes et familles de militaires qui cherchaient un peu de soutien, par des mots ou des actions.
Habitant en région lyonnaise, j’ai cherché, j’ai envoyé un mail, puis téléphoné à l’adorable personne qui m’a répondue.
J’ai été formidablement accueillie par le bureau ANFEM Lyon, dont la présidente de la région Rhone Alpes, Dominique.
Difficile pourtant, en temps de COVID, d’être totalement libre sur les activités proposées. Mais, comme j’avais aussi cette petite communauté active et bienveillante sur Instagram, j’avais envie de continuer à faire du bruit pour les femmes de mili, à les soutenir, à se soutenir mutuellement finalement. Cause COVID et confinements , je n’ai pu continuer ce soutien que via les réseaux donc à distance, mais je pense que l’ANFEM est une association qui mérite de faire parler d’elle. Nous avons d’ailleurs eu l’occasion de discuter ANFEM en live, c’était très intéressant !
C’est une association honorable, qui soutient les familles de militaires, grâce à des actions encore trop silencieuses, car tant de personnes ignorent encore son existence ! Il faut que ça change ! 
Étant partie en séjour militaire en famille cet été , je ne peux agir depuis le bureau de Lyon, mais j’ai plaisir à continuer de m’informer sur les réalisations de l’ANFEM, je continuerai à adhérer, et je continuerai à encourager l’entraide entre les femmes de mili !
Merci à l’ANFEM d’exister, merci pour votre solidarité !j"
Raphaëlle, @miliwife_life.

 

 

28692-les_ateliers_couture_un_moyen_ecolo_et_creatif_dechapper_aux_soldes

Maryse, animatrice couture ANFEM Toulon

"J’ai plaisir à faire part ici de mon expérience au sein de l’ANFEM que j’ai rejointe en 1989. D’abord comme adhérente dans la section « cartonnage », j’ai apprécié pendant 10 années de pouvoir profiter du savoir-faire de certaines d’entre nous pour découvrir, apprendre, me perfectionner dans cette discipline, ce, dans une saine ambiance et convivialité, lesquelles m’ont motivées pour, à mon tour, transmettre ce que je sais faire.

Compétente en couture, je me réjouis chaque lundi, depuis presque 23 ans, de prodiguer mes connaissances, aux jeunes et nouvelles générations, certes pas assez nombreuses, et aux plus âgées, « redoublantes » pour certaines, depuis plusieurs années. Ensemble nous formons un groupe fort sympathique, dans lequel je me sens bien. Elles sont ma parenthèse hebdomadaire. C’est dans un esprit de respect mutuel, voire de franche amitié, que surfilage, piquage, coupe, couture, main et machine, patron, mais aussi bavardage et café-thé-gâteaux donnent à cette matinée d’apprentissage tant de plaisir, voire de joie, à nombre d’entre nous.

Chacune avec son projet de confection : robe pour sa petite fille, pour elle-même, rideaux, coussins, dessus de lit, voire la chasuble pour un prêtre, attendent de moi, conseils et aide. Aussi, je me déplace parmi « mes ouvrières » afin de leur fournir les bases, le complément de savoir, l’astuce. Et c’est avec chacune d’elle, un mot un sourire voire des rires, même quand l’erreur « mince j’ai coupé trop court » est irrécupérable !

Quand les élèves dépassent le maître, c’est ensemble que, généreuses au possible, l’atelier s’atèle à fabriquer des sacs, des trousses, des robes et autres articles quémandés, comme des rideaux, à destination d’associations caritatives diverses. Heureuses de ces actions, elles resserrent encore les liens de l’équipe et instille une certaine fierté d’avoir pu, d’avoir su, réaliser ces travaux pour d’autres.

C’est une belle et noble association qui sait faire fi des différences et, dans le non-dit des carrières des époux, placer chacune d’entre nous sur un même plan.

Aussi, j’invite les plus jeunes à nous rejoindre afin de distiller du sang neuf, de renforcer le lien multigénérationnel et se préparer à prendre la relève."

Maryse

Crédit photo : https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/28692/ateliers-couture-alternative-ecolo-creative-au-shopping

147295622_3843792295666473_5900168434498241448_n

Martine, présidente régionale Centre-Ouest

La belle fonction de présidente régionale : Après deux années comme secrétaire puis cinq comme déléguée de l’ANFEM de Tours, le Conseil national m’a proposé de prendre la fonction de présidente régionale centre-Ouest (PR).

J’avoue qu’à l’époque j’appréhendais assez mal le rôle de PR, sorte de trait d’union entre le Conseil national (CN) et les délégations de sa région. Forte de mes expériences, j’ai assez rapidement pris la mesure de l’aide que je pouvais apporter aux délégations, aide que j’apporte également au CN en le soulageant des problématiques locales : CN reconnaissant de notre fonction puisqu’il nous prénomme affectueusement leurs « précieuses ».

Pour les 7 délégations de mon ressort, je m’efforce d’être à l’écoute de leurs sollicitations et de répondre à leurs questions et interrogations relatives notamment aux statuts de l’ANFEM ou à leur fonctionnement général. La création et la montée en puissance d’une nouvelle délégation (j’ai eu la chance de participer à deux créations de délégations) représente à cet égard un défi qui nécessite un accompagnement de chaque instant du futur bureau. Représentation régionale et relais de terrain du CN, je m’efforce de promouvoir les actions nationales et de suivre leur mise en œuvre dans les délégations. Je dois aussi informer le CN de toute difficulté, voire dysfonctionnement au sein des délégations. La PR apporte également une vision synthétique du fonctionnement local et reste une force de propositions pour les évolutions de l’association comme ce fut le cas lors de la mise en œuvre du plan famille ou de la préparation des nouveaux statuts. Les journées d’une PR sont rythmées par des coups de fils, des envois de mails, des visioconférences, etc…Mais rendre visite aux délégations lors de goûters, repas et assemblées annuelles est la partie la plus concrète de cette fonction où nous pouvons discuter avec les bureaux et les adhérentes. Les réunions de travail avec le CN à Paris, les séminaires, mais également les réunions régionales restent des activités très concrètes et plaisantes.

En résumé, le rôle de PR qui peut paraître ingrat est en fait particulièrement enrichissant car à la fois proche des délégations et proche du CN. S’investir dans l’ANFEM où prônent nos fidèles valeurs d’accueil, d’entraide, d’amitié et de solidarité est un réel plaisir d’autant que je suis également animatrice d’atelier. Le maître mot de notre association est l’entraide ! L’entraide nationale qui consiste à s’impliquer dans diverses actions comme actuellement l’entraide aux familles de militaires.

J’ai trouvé dans l’ANFEM une association dynamique qui sait s’adapter aux évolutions du monde militaire au sein de la société actuelle où de nombreux conjoints exercent une activité professionnelle. Cela nécessite plus que jamais de développer notre capacité d’adaptation afin d’être en mesure d’apporter un soutien aux familles de ceux qui ont choisi de défendre notre pays. Je suis toujours ravie de retrouver les adhérentes, d’échanger lors d’ateliers, de goûters, de sorties.

En un mot l’ANFEM est une grande famille à laquelle je suis fière d’appartenir et je souhaite qu’elle s’agrandisse grâce à votre participation et à votre soutien.

Martine.

 

 

IMG_4509

Catherine, animatrice fauteuils ANFEM Bordeaux

"Ils nous attendaient depuis longtemps, nos fauteuils orphelins du Covid : bien rangés, cachés sous leurs housses, certains encore criblés de houseaux, d’autres presque terminés ; ils ont dû patienter des semaines, voire des mois, avant de revoir la lumière de l’atelier du lundi.
Ce jour-là, le groupe des tapissières démarre la semaine avec entrain. Tous les moyens de mobilité urbaine ou périphérique sont bons pour rejoindre la caserne Carayon-Latour : le vélo a ses adeptes, comme nos fidèles animatrices Dominique et Marie-Pierre, citadines exemplaires ; bus et tram permettent à certaines, de traverser la ville ; et la voiture reste la solution pour celles qui viennent de loin, du Blayais, du Cubzaguais et même de Gujan, avec l’option covoiturage, et parfois la facilité du parking.

Après cette période d’inaction, les outils ont repris du service, le vocabulaire et les gestes sont revenus : poncer, mesurer, couper, tirer sur les sangles, poser les houseaux, les semences, façonner des pelotes de crin végétal, mesurer la corde, guinder les ressorts, choisir l’aiguille courbe, se piquer parfois, garnir un dossier, une assise, encore tirer, ajuster, coudre, serrer, dans le bruit des coups du marteau-ramponneau. Mais aussi reposer sa main sur la douceur d’une ouatine, plonger ses doigts dans le moelleux du crin animal, caresser un beau velours pour trouver le sens du tissu, choisir un galon en harmonie avec l’ensemble. Et parler, parler à nos voisines d’atelier, demander des nouvelles des unes et des autres, échanger des recettes, des conseils, des idées de lectures, des projets de sorties, en un mot, de l’amitié.

Le repas (partagé) est rapide, frugal, mais convivial ; le ménage, obligatoire en fin de journée, se fait en commun et n’a rien d’une corvée. La journée est passée trop vite, à pratiquer des gestes anciens qui permettent de relooker les fauteuils de famille ou les sièges acquis sur Le Bon Coin pour presque rien.

Que deviendront-ils, tous ces fauteuils, bridges, crapauds, cabriolets, fauteuils Voltaire, fauteuils anglais ? Nul ne sait s’ils seront appréciés à la mesure du travail et du plaisir que nous avons pris à les restaurer lors de l’atelier du lundi, mais qu’importe !"

Catherine.

20210608_111447

Laurène, trésorière et secrétaire ANFEM Cœur-de-Champagne

"Je suis Laurène, adhérente à l'ANFEM depuis 3 ans maintenant. Pourquoi avoir adhéré ? J'ai adhéré parce que j'ai découvert l'association et je m'y retrouvais beaucoup au niveau des valeurs qu'elle porte. Au départ, c'était aussi pour créer à Mourmelon un point relais car cela manquait.

On a toutes une période plus ou moins difficile dans nos vies et hélas je n'y échappe pas. J’ai reçu de l'ANFEM le soutien et l'entraide. J’ai trouvé des amies et une seconde famille, qui est toujours à l'écoute malgré leur emploi du temps chargé.

Je suis aujourd'hui membre de bureau, j'occupe le poste de trésorière et de secrétaire. C’est avec un réel plaisir que j'occupe ces fonctions. La trésorerie peut faire peut sur le coup, mais loin de là !!! Camille [la trésorière nationale] répond toujours présente et répond à toutes nos questions. Pour le poste de secrétaire, c'est pareil, c'est une fonction qui n'est pas compliquée et qui permet d'avoir le contact avec les adhérentes et autres. Quand on a besoin, les présidentes régionales et le conseil répondent à nos questions et nos doutes. Mais c'est surtout un travail d'équipe où on rigole bien !"

Laurène.

20211012_160555

Anne, animatrice conférences ANFEM Bordeaux

"Créées pour apporter culture et ouverture sur le monde, nos conférences [à l'ANFEM Bordeaux] ont pour enjeux de développer les connaissances et approfondir les savoirs de nos adhérentes. De périodicité mensuelle, elles peuvent être en présentiel, comme celle sur « Le Syndrome de Stress Post-traumatique des soldats », donnée par une psychiatre du Service de Santé des Armées, ou en distanciel, comme celle sur « Les Etats-Unis – De Donald Trump à Joe Biden », prononcée depuis Norfolk (USA) par une journaliste franco-américaine !

Conférences toujours très appréciées de nos adhérentes !"

Anne.

254916846_847321882608218_8538341948715979325_n - Copie

Marion, derrière le compte Instagram @AnfemRennes

"J’ai découvert l’ANFEM en janvier 2018, malgré plusieurs mutations auparavant.

Étant « la jeune » on m’a rapidement proposé de m’occuper de Facebook et des petites annonces, chose que j’ai accepté avec plaisir.

J’ai donc naturellement pris contact avec la délégation de la nouvelle affectation (via Facebook évidemment !).
Puis, j’ai pu rencontrer notre super Marie-Hélène, la responsable entraide, au régiment, lors de la reco garnison.
J’ai vite repris mes marques. Je connaissais Elisabeth, la toute nouvelle déléguée, et Marie, la future nouvelle trésorière en tuilage.

J’ai donc repris, là encore le Facebook. Nous avons une page publique et un compte fermé.
Il y a quelques mois, le conseil a ouvert son compte Instagram. Comme je connaissais par une utilisation personnelle, je l’ai créé pour la délégation.

Nous sommes très contentes : nous avons pu toucher de nouvelles personnes et de nouvelles adhérentes !
Je fais attention aux informations que je publie : droit à l’image et sécurité sont essentiels. Canva, applications photos et floutage font maintenant partie de mon quotidien pour créer les posts.

Je travaille dessus un peu quand je peux. Devant le portail de l’école en attendant de pouvoir récupérer les enfants, entre la crèche et le drive, en attendant un rendez-vous… ou tranquillement avec un thé ! Quand je veux, quand je peux !

Mon nouveau défi : dompter LinkedIn. J’aime le défi d’apprendre. Je tâtonne, fouille, observe et ose.
Alors chères amies des délégations, osez, vous aussi sortir de votre zone de confort, vous pourrez entrer en contact avec de nouvelles personnes qui seraient ravies de vous connaître, de nous connaître. Nous travaillons toutes, les unes pour les autres, les unes avec les autres.

Suivez-nous @AnfemRennes"

Marion.

DSC01632

Claude, adhérente depuis 40 ans

«  Adhérente depuis 40 ans à l’ANFEM, je n’ai pas toujours été très fidèle à cause des circonstances de la vie et de ma volonté à pratiquer une activité professionnelle. Cependant j’ai toujours trouvé au sein de cette association dans les diverses garnisons beaucoup de convivialité, d’aide et de dialogue.

L’ANFEM offre une vaste gammes d’activités très agréables. Pour ma part, j’ai participé à des rencontres, échanges de recettes, d’astuces, de bonnes adresses, de secrets de femmes. J’ai participé à des ateliers d’encadrement, de cartonnage, randonnées hebdomadaires. J’ai aussi appris le bridge et en suis devenue animatrice. J’ai participé à des conférences et visité la région de la nouvelle affectation.

Mais il est possible de trouver d’autres activités tel la cuisine, la réfaction de fauteuils, la reliure, etc…

Cette association permet de se retrouver, de garder le contact ; ce qui est important en ces moments difficiles que nous partageons toutes, elle permet aux isolées de retrouver une famille qui est à l’écoute. »

Claude.